art&science Archive

0

S.Huber in Journal en ligne de l’UNIL “La poésie du sommeil”

La poésie du sommeil

23.11.2010
Jeune écrivain, Sandra Huber a trouvé au Centre intégratif de génomique de l’UNIL un lieu où poser son regard. Elle présentera mercredi 24 novembre le résultat de ses recherches.

Depuis février 2010, grâce au programme suisse Artists-in-labs, la Canadienne Sandra Huber est l’invitée du Centre intégratif de génomique (CIG), où elle se passionne pour les secrets du sommeil, avec pour guides les professeurs Mehdi Tafti et Paul Franken.

«Alors que nous passons un quart de notre vie à dormir, nous ne connaissons pas encore toutes les fonctions du sommeil, s’étonne-t-elle. C’est l’un des derniers mystères de la science. Pour ma part, j’ai beaucoup appris sur le sujet au CIG. Aujourd’hui, je dois prendre un peu de distance par rapport à ce savoir relatif afin de laisser la place à la création.» Admiratrice de l’artiste conceptuelle Jenny Holzer, mais avec un accent porté avant tout sur l’écriture, Sandra Huber envisage de présenter au printemps prochain un long poème vidéo, où les phases du sommeil prendront sous sa plume différentes tournures stylistiques. Titre de son projet : Assembling the Morrow (ce dernier mot étant une version ancienne de «tomorrow», précise-t-elle).

A 31 ans, elle ne voit pas ce qu’elle pourrait faire d’autre dans la vie : écrire est sa passion, son modeste gagne-pain aussi. A Berlin où elle vit, elle est en train de terminer son premier roman. Sandra Huber explore également les possibilités de la «digital poetry» et dirige dearsir.org, une revue littéraire online où elle édite des poètes et artistes contemporains d’origines multiples, même si la langue anglaise domine largement ces productions originales. «Au Canada, les écoliers doivent apprendre le français mais mon père suisse-allemand ayant perdu la faculté d’écrire en allemand, je suis un peu anxieuse à l’idée de parler une autre langue que l’anglais, mon outil de travail. Bien sûr j’ai appris l’allemand, à Vienne puis à Berlin, mais je reste une anglophone entêtée !»

Son séjour lausannois s’achève et, si elle trouve la région «charmante», elle ne se sent pas inspirée pour autant par le lac et les montagnes. «N’oubliez pas que j’ai grandi au Canada ! Aujourd’hui, ce sont clairement les grandes villes qui m’inspirent sur le plan artistique», sourit-elle. Cette collaboration avec des scientifiques restera pour elle une expérience extraordinaire : «an amazing opportunity»… Elle se souviendra longtemps de sa nuit au Centre du sommeil de l’UNIL-CHUV. «L’infirmière m’a réveillée au terme d’un cycle de sommeil et je peux me voir en vidéo lui raconter mon rêve. A vrai dire, j’ai assez peu dormi cette nuit-là. La grosse surprise, pour moi, a été de découvrir que le sommeil est un processus qui mobilise le cerveau d’une façon très active…»

  • Séminaire avec Sandra Huber, mercredi 24 novembre 2010, 16 heures, CIG, auditoire B

0

Good luck to Sandra Huber

The artist in residence at the CIG, Sandra Huber, a swiss-canadian writer, will leave the 3rd floor after a 9 months residency within the frame of Artists-in-Labs.

more on Sandra-Jo’s project:

Assembling the Morrow

A compilation of poemic objects bridging the languages of science and artifice in order to explore that chaotic and lucid space between sleep and waking, night and day. The tension arising from language and content set up a platform from which to interrogate the drive towards the towards the ‘new,’ the avant-garde, and what happens when that drive is stranded in a space of not-yet-achieved (like a sleeper never quite waking, a day never quite becoming).

more on the Artists-in-Labs project

0

Artist-in-lab : special edition in www.dearsir.org

Sandra Huber, our artist in residence, published a special issue on her blog on science and poetry : www.dearsir.org

0

Artists-in-Labs 2010

The artist in residence at the CIG is Sandra Huber, a swiss-canadian writer, will join the 3rd floor for a 9 months residency within the frame of Artists-in-Labs. Sandra will elaborate a project on sleep, and  started in March 2010.

Sandra is the 2nd artist in residence at the CIG, after Sylvia Hostettler stay in C.Fankhauser’s lab in 2009.

more on Sandra-Jo’s project:

Assembling the Morrow

A compilation of poemic objects bridging the languages of science and artifice in order to explore that chaotic and lucid space between sleep and waking, night and day. The tension arising from language and content set up a platform from which to interrogate the drive towards the towards the ‘new,’ the avant-garde, and what happens when that drive is stranded in a space of not-yet-achieved (like a sleeper never quite waking, a day never quite becoming).

more on the Artists-in-Labs project

0

Tue Jan 12 Finissage Installation S.Hostettler 16:30

APERO! Sylvia’s installation in the Génopode hall will disappear beginning of January 2010. Come to watch it a last time and celebrate with Sylvia with an apero in the hall.

0

GENIPULATION

Avec Sylvia Hostettler (artiste en résidence au CIG 2008-2009)
Jeudi 15/10/2009 18:30: Conférence du Prof. C.Fankhauser: “Qu’est-ce qu’un organisme génétiquement modifié (OGM)?”